JAVELOT PLANEUR

Au début des années 1950, les fournisseurs de javelot n'exploitaient pas à fond la réglementation de construction des javelots; notamment en ce qui concernait le diamètre des engins qui restait largement inférieur aux limites maximales.

Bud HELD, le meilleur lanceur américain des années 50 eut l'idée de faire construire un engin dont le diamètre était maximum et surtout dont le centre de gravité était beaucoup plus proche du point où l'athlète lui applique les forces (centre de poussée). Ces deux conditions combinées améliorèrent les performances car:
- l'augmentation du diamètre avait pour effet d'accroître la portance,
- et la nouvelle répartition des masses qui exigeait un angle d'incidence très très peu ouvert et surtout un angle d'attitude du javelot sur la trajectoire extrêmement peu ouvert lui aussi. En effet, la modification de la position du centre de gravité (très reculée par rapport au javelot précédent) augmentait donc d'autant la longueur du bras de levier que la résistance aérodynamique pouvait exercer sur l'engin. L'athlète devait donc lancer l'engin avec un angle d'incidence extrêmement faible ce qui permettait de minimiser la résistance à l'avancement et autorisait un planer que ne permettait pas l'ancien javelot dont la position de centre de gravité, alors beaucoup plus près de la pointe, demandait des angles d'attitude et d'incidence ouverts afin que les forces de résistance engendrent un fort basculement en sommet de trajectoire et un planter systématique par la pointe..

Si par malheur, lors de l'envol, l'angle d'attitude était ouvert, la résistance à l'avancement ne pouvait qu'accroître cet angle et le javelot se cabrait de plus en plus, offrant de plus en plus de surface à la résistance aérodynamique. Le javelot montait alors verticalement pour retomber carrément sur la queue à faible distance du lanceur.

Mais, revers de la médaille, compte tenu de cet angle d'incidence fermé, les javelots arrivaient pratiquement parallèles au sol après avoir longtemps plané "à plat". Il était alors très délicat d'être juge aux épreuves de javelot où le règlement précise que la tête de la pointe métallique doit toucher terre la première pour que le jet soit valable. Il y eu de nombreuses contestations des décisions des juges qui pourtant n'avaient pas souvent tort.

Retour à la consultation précédente