Principe du chemin d'accélération optimum

 

Ce principe veut que la recherche du plus grand chemin de lancement demeure toujours compatible, soit avec les capacités musculaires, soit avec les compétences motrices des athlètes (analyse de mon comportement dans l'espace moteur, équilibre, répartition des masses, …).(BIBLIO : Manuel de physiologie musculaire, ASTRAND, RODAHL.éd MASSON, 1973, chapitre 4 page 65)

 

Dans la recherche de la force initiale, il ne faudra pas dépasser certaines amplitudes qui étireraient le muscle au-delà de ses capacités à répondre en puissance; problématique du travail dit "pliométrique". A ce sujet, plus la musculation spécifique permettra un travail de puissance en course externe des muscles sollicités, plus l'amplitude de la sollicitation préalable pourra être prononcée.

Remarque pédagogique
Chez le lanceur débutant, il conviendra de surveiller attentivement l'orientation du sursaut initial au poids, de la volte au disque, et du dernier "hop" au javelot, de façon à ce que le centre de gravité se déplace pratiquement à l'horizontal jusqu'à la reprise du double appuis, car si la trajectoire du centre de gravité est trop haute, la reprise du double appuis se fera avec l'obligation d'annuler une énergie potentielle importante qui dépasserait les capacités de réaction des extenseurs. D'où temps de freinage et perte d'accélération dans la translation-rotation-soulever, autant d'éléments néfastes pour la suite du lancer.

Retour à la consultation précédente